Autoréférence

Parcours entre mots, miroirs et circularité

Extraits essentiellement du livre de Douglas R. Hofstadter, "Ma Thémagie" (interéditions)

Dans le langage courant, une phrase succède à une autre phrase, que ce soit en prose ou en poésie. Les phrases de cette introduction en sont un exemple naturel. Néanmoins, dans le parcours des découvertes littéraires de ce site internet, nous abordons ici les effets de circularité, de miroir, d'auto-référence (autoréférence). L'auto-référence ? Il s'agit là de phrases faisant référence à elles-mêmes par leur contenu propre. Détaillons...

Les phrases auto-réferentielles (ou auto-référentes) apportent leur contribution dans ce site au chapitre des écritures complexes et structurées. Ces phrases deviennent, dans leur construction même, autonomes. Elle prennent vie en parlant d'elles par leur contenu, ou le sens qu'on lit et interprète. Elles portent inévitablement une ambiguïté par leur formulation propre. Elles sont récursives, contradictoires, réflectives et réflexives, présentent des évidences, des imbrications... Elles peuvent être un jeu, ou apporter des complexités importantes. On les voit souvent comment ayant une vie propre, une personnification issue de leur syntaxe.

Si vous vous attendez à de la haute voltige littéraire, vous pourriez de prime abord être déçu car les exemples figurant ci-après sont simples de formulation et d'interprétation, mais en fait... en apparence. Nous avons tous eu ce premier mot auto-référent dans nos années de collège : 'fote d'ortografe' (pour une faute d'orthographe). C'est-à-dire que le mot fote portait en lui sa définition : il contient une faute d'orthographe.

Si l'on essayait de trouver un exemple proche de celui ci-dessus, le mot "désrodre" pourrait très bien convenir (pour naturellement désordre). Nous pourrions en trouver d'autres : comme mot, bref, français, polysyllabique, ou brun (couleurs des lettres ici présentes)... L'exercice devient à la fois plus compliqué quand il s'agit de construire des phrases qui permettent d'élargir le champ de la créativité en la matière, et dont les effets de miroir ne sont pas si évidents à construire.

Nous avons aussi des exemples par Jacques Roubaud (membre de l'Oulipo) qui dit "la poésie dit ce qu’elle dit en le disant ", et son application par le premier principe de lui-même (premier principe de Roubaud) : "parler de la contrainte qui est en jeu dans un texte qui la respecte : en effet, l'éternité est sans contraintes (il s'agit d'un traitement 'sémantique' de la contrainte)" (contrainte = contrainte oulipienne).
l'Eternité de Georges Perec Texte du poème ici

 

Un bon mot autoréférent : pourquoi "tout attaché" s'écrit séparément et "séparément" s'écrit tout attaché ?

Ou une blague courte :
« Est-il vrai que vous répondez toujours à une question par une autre question ?
- Qui vous a dit ça ?

Nous pourrions mettre également dans les phrases auto-référentes des anagrammes dont le sens est similaire entre la forme initiale et la forme anagrammatique. Quelques exemples d'un auteur incroyable sur les anagrammes, Jacques Perry-Salkow (livres chez Actes Sud) :
- le portrait de Dorian Gray / l'arrogant ridé doit payer
- penser contre soi-même / comme serpenter en soi
- les chants de Maldorer / l'art choral des démons
- Monsieur Tout-le-monde / tu es le mouton endormi
- l'épreuve du bac philo / l'approche bleue du vide
- l'ancien régime et la révolution / le roi guillotiné creva net. amen
- etc.

Allons à la découverte de ces phrases auto-référentes, et là aussi, un petit retour en arrière, après vos années de collège, celles du lycée, où en cours de philosophie, votre cher professeur vous a posé certainement le dilemme ou paradoxe connu "il est interdit d'interdire" (et naturellement, vous vous remémorez qu'il s'agit de Voltaire). Dans le même style (par l'auteur de ce site) : "j'ai l'habitude d'en avoir aucune".

Voici de beaux exemples de phrases autoréférentes... qui pour les unes sont en miroir positif, et pour les autres en auto-contradiction.

Cette phrase pas de verbe (Martin Gardner)
 
Aucune généralisation n'est totalement vraie, pas même celle-ci (Olivier Wendell Holmes, XIXe, USA)
 
de JL Borges : "Bertrand Russell rêve que, sur l'un des papiers qu'il a déposés sur sa table de nuit, il lit ces mots "ce qui est écrit de l'autre côté n'est pas vrai". Il retourne alors la feuille et lit "ce qui est écrit de l'autre côté n'est pas vrai".

Ce livre ne sera peut-être compris que par qui aura déjà pensé lui-même les pensées qui s'y trouvent exprimées (L. Wittgenstein)

Le concept de chien n'aboie pas (Spinoza) et un mot-valise auto-référent : dalmachien pour ne pas se tromper sur cette race canidée.
 
Une uître avec une coquille (Sylvain Tesson)

Cette belle robe rouge grenat en satin et dentelle fine à volant est totalement indescriptible

Je ne suis jamais hésitant, mais au fond je n'en sais rien

Par le mot par commence ce texte / Dont la première ligne dit la vérité (Poème "Fable" de Francis Ponge)
 
J'ai besoin          d'espace                              pour être écrite

Phrases auto-référentes de Douglas R. Hofstadter :

Cette phrase prétend être un paradoxe d'Epiménide, mais elle ment

La phrase anglaise "This sentence in English is difficult to translate into French" est difficile à traduire en français

Cette phrase se contredit - ou plutôt - mais au fond, non, il n'en est rien

Je suis sûre que vous m'avez déjà lue quelque part

Cète phrase n'est pas auto-référentielle parce que "cète" n'est pas un mot

Le lecteur de cette phrase n'existe que lorsqu'il me lit

Cette phrase était au passé

Cette phrase a comporte deux verbes

une préposition. Cette phrase finit par

Si j'avais fini cette phrase,

cette phrase s'écrit avec trente-huit lettres

Cette phrase compterait cinq mots si elle n'en avait sept de moins

Je vais mettre un point final à cette histoire.

Cette prophétie va se vérifier

Cette phrase ne vous rappelle-t-elle pas Agatha Christie ?

Si vous rencontrez cette phrase sur le tableau, effacez la

Vous venez, bien sûr, de commencer à lire la phrase que vous venez de finir de lire

Cette formule mathématique n'est pas (une formule mathématique n'est pas une phrase...)

Si cette phrase était écrit en chinois, elle dirait autre chose

Il ma que des let res pour bien lire c tte ph ase

Je n'ai rien à quoi faire allusion, et c'est à cela que je fais allusion

Quelle est la question qui mentionne le mot "parapluie" sans raison apparente ?

Je ne suis pas le sujet de cette phrase

Je suis la pensée que vous êtes en train de penser

Je parie que jamais je ne parierai

Je suis le sens de cette phrase

La phrase suivante est existe. La phrase précédente existe

Une autre phrase référentielle que je vous donne : "il y a sept mots, cette phrase n'avait pas encore commencé"

Avec cinq mots de moins, cette phrase ferait cinq mots

Si vous estimez que cette phrase est confuse, changez juste un cochon

Cette phrase est auto-référentielle

Je n'ai rien à dire, et c'est ce que je dis

Tout l'intérêt de cette phrase tient à ce que l'on veut clairement y faire comprendre en quoi consiste tout l'intérêt de cette phrase

Un exemple célèbre d'Escher : ambigramme et autoréférence

mc